Rénovations de votre habitat prix compétitif

Artisanat du bâtiment au T3 2021 : +2,2 % comparé à 2019

Ce jeudi 4 novembre, la Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (Capeb) publiait les chiffres de l’artisanat du bâtiment au troisième trimestre 2021. Bilan : elle a fait état d’une belle reprise, avec +4 % comparé à un an plus tôt, et +2,2 % par rapport au T3 2019. L’activité, stimulée par la rénovation énergétique, renoue, et dépasse même, les niveaux d’avant-crise.

Artisanat du bâtiment au T3 2021 : +2,2 % comparé à 2019

En septembre dernier, la Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (Capeb) faisait état de chiffres très positifs pour le second trimestre 2021, avec une croissance d’activité de +37 % comparé à la même période de 2020. Ce bilan étant à nuancer en raison de la période de comparaison, marquée par le premier confinement très strict, ayant entraîné un arrêt des chantiers pendant plusieurs semaines.

La Capeb se réjouissait tout de même de voir les chiffres renouer avec les niveaux d’avant-crise. L’activité globale ayant augmenté de +0,5 % comparé au 2ème trimestre 2019, avec notamment +3,3 % pour le segment de la rénovation énergétique, stimulé par l’ouverture de MaPrimeRénov’ à tous les propriétaires.

Ce jeudi 4 novembre, la confédération a publié les chiffres du 3ème trimestre 2021, s’incrivant dans cette tendance positive. Entre le 3ème trimestre 2020 et le 3ème trimestre 2021, l’activité a notamment augmenté de +4 %. Plus parlant encore : le bilan reste très positif par rapport à l’année 2019, avec +2,2 % comparé au 3ème trimestre 2019.

« L’activité du 3ème trimestre 2021 progresse de 2,2 % par rapport au 3ème trimestre 2019. De même, les trois premiers trimestres de l’année 2021 progressent de 1,8 % par rapport aux trois premiers trimestres de l’année 2019. Je me félicite de la santé du secteur qui profite de la reprise et surtout de la forte demande des ménages pour réaliser des travaux d’entretien-amélioration », s’est réjoui Jean-Christophe Repon, président de la Capeb.

Une activité boostée par la rénovation énergétique

L’activité est en effet particulièrement boostée par la rénovation, avec +5.5 % pour les travaux de performance énergétique des logements, +5 % pour l’entretien-rénovation, contre +2,5 % pour la construction neuve.

Grâce à l’élargissement du nombre de bénéficiaires au dispositif MaPrimeRénov’, le nombre de chantiers à réaliser augmente, et les carnets de commandes sont bien remplis. Ces derniers représentent au total 103 jours de travail, soit 31 jours de plus qu’un an plus tôt.

Côté emploi, la Capeb annonce que le secteur a créé 54 200 emplois supplémentaires ces 12 derniers mois, soit +3,8 %. Le nombre de salariés augmente comparé à fin 2019, avec +4,5 %. Et la dynamique d’embauche se poursuit, puisque le nombre d’entreprises artisanales du bâtiment cherchant à recruter est également en nette hausse, avec 14 %, contre 4 % un an plus tôt.

Malgré cette belle reprise, la Capeb s’inquiète toutefois de la conjoncture, avec notamment la hausse des prix et difficultés d’approvisionnement en matières premières qui se poursuivent, et qui, selon la Capeb, « pèseront sur les marges des entreprises ».

Le nombre de Français méconnaissant les aides diminue légèrement

Lors de la présentation, le directeur général de Teksial a noté un parodoxe entre l’intérêt des Français pour la rénovation énergétique, et leur méconnaisance des aides existantes. 66 % des Français sont en effet incapables de citer une seule aide à la rénovation énergétique. Un nombre cependant en légère baisse, avec 71 % un an plus tôt.

Dans le détail, parmi ceux qui connaissent au moins une aide, 11 % citent MaPrimeRénov’, 4 % les Certificats d’Économies d’Énergie (CEE), et 3 % l’isolation à 1 €.

Pour Teksial, il est donc nécessaire de faire plus de communication et de pédagogie sur les aides existantes, mais aussi de les revaloriser.

Alors que 71 % des Français jugent utile de faire un audit énergétique avant de se lancer dans des travaux, Jean-Baptiste Devalland suggère de rendre cet audit éligible aux CEE, et cumulable avec MaPrimeRénov’. Autre suggestion : généraliser l’usage du carnet de santé du logement pour suivre les travaux déjà effectués et ceux nécessaires. Enfin, du point de vue du financement, recourir davantage au prêt à taux zéro (PTZ) ou au Prêt Avance Mutation.