Rénovations de votre habitat prix compétitif

Construction : +1,3 % de logements autorisés et +1,6 % commencés entre le T2 et T3 2021

Vendredi 29 octobre, le ministère de la Transition écologique publiait ses chiffres de la construction en France. L’occasion d’analyser les chiffres des logements, qui renouent avec leurs niveaux d’avant-crise, et ceux des locaux non résidentiels, nuancés par des déclarations tardives.

Construction : +1,3 % de logements autorisés et +1,6 % commencés entre le T2 et T3 2021

Le ministère de la Transition écologique diffusait, ce vendredi 29 octobre, ses chiffres de la construction de logements à fin septembre.

Ce mois montre un meilleur dynamisme, notamment côté permis de construire dans le résidentiel. Après 37 700 logements autorisés en août, le nombre grimpe à 41 100, soit une légère hausse avoisinant les 1 %. Les chiffres dépassent même la moyenne des douze mois d’avant-crise (+8 %), portés davantage par les permis de logements individuels (+20 %), que collectifs (-1 %).

Pour ce qui est des mises en chantier, un repli est constaté par rapport à août dernier, leur nombre chutant ainsi de 36 500 à 32 800. Elles restent toutefois supérieures de 2 % à la moyenne des douze mois précédant la crise sanitaire, toujours plus soutenues par le logement individuel (+3 %), qu’en résidence ou collectif (+1 %).

Côté logements, retour aux niveaux d’avant-crise

Si on fait une comparaison trimestre par trimestre, on constate, pour les permis de construire, une légère hausse de juillet à septembre 2021 (+1,3 %) par rapport aux trois mois précédents, où ils avaient progressé de +2,7 %. La même cadence s’observe entre les deux périodes, dans les logements individuels (+2,0 %, après +5,1 %) et se prononce même en collectif (+0,8 % après +0,9 %).

Les mises en chantier de ces trois derniers mois augmentent modérément (+ 1,6 % après + 0,6 % au trimestre précédent), avec une croissance plus rapide en collectif/résidence (+2,1 % après +1,1 %) qu’en individuel (+0,8 % après -0,1 %).

Par ailleurs, le nombre de permis de construire du troisième trimestre dépasse celui de la moyenne des douze mois précédant le premier confinement (+3,8 %). Une évolution à peu près similaire pour les mises en chantier (+3,9 %).

D’octobre 2020 à septembre 2021, le nombre de permis de construire est nettement au-dessus de celui des douze mois précédents (+15,6 %). Même tendance pour les mises en chantier, avec +8,2 %. Dans l’individuel, les permis de construire progressent de +24,3 %, les logements individuels purs de +26,6 %, plus dynamiques que ceux groupés (+18,2 %). L’écart entre les deux catégories se creuse encore plus côté mises en chantier, le premier grimpant de +12,2 %, le second de +3,6 %, pour une amélioration globale de mises en chantier en individuel de +10,1 %.

En collectif/résidence, les permis progressent de +9,3 % entre octobre 2020 et septembre 2021. Les chiffres s’équivalent aussi bien en résidence (+10 %) qu’en collectif ordinairs (+9,2 %). En ce qui concerne les mises en chantier, l’amélioration sur ces douze derniers mois par rapport à ceux précedents est légèrement inférieure aux permis (+7 %), majoritairement portée par les logements en résidence (+25 %) face au collectif ordinaire (+4,2 %).

La remontée est toutefois à nuancer, encore une fois, avec le contexte de la période antérieure (octobre 2019 à septembre 2020), alors marquée par le premier confinement strict, avec un net recul des permis et des mises en chantier. Il n’empêche que le nombre de permis de construire passe au-dessus des chiffres de mars 2019 à février 2020 (+1,3 %), tandis que les mises en chantier ne sont qu’en très légère baisse (-0,1 %).

Sur le plan géographique, l’évolution des permis de construire dépasse les 10 % partout, sauf en Auvergne-Rhône-Alpes (+9,5 %). Celle des mises en chantier, elle, se concentre davantage en Bretagne (+27,3 %), Normandie (+17,2 %), Pays-de-la-Loire (+18,5 %), Centre-Val-de-Loire (+12,3 %), Bourgogne-Franche-Comté (+26,1 %), Grand-Est (+10,5 %), Occitanie (+ 10,7 %) ainsi que dans les DROM (+ 13,9 %).

Une progression des locaux non résidentiels

Focus également sur les chiffres des locaux non résidentiels, qui enregistrent sur ce troisième trimestre une hausse des permis de construire de +8,9 % par rapport au T3 2020, représentant en tout 11 millions de m² de surface. « À noter que cette progression serait fortement accentuée (+20,9 %) sans l’effet des permis reçus tardivement par rapport à leur date d’autorisation réelle », précisent les résultats du ministère. Côté mises en chantier, toujours en comparaison avec le troisième trimestre 2020, 6,4 millions de m² de locaux non résidentiels ont été enregistrés, (+7,2 %), avec toutefois une légère baisse (-0,8 %), sans les déclarations reçues avec retard.

En analysant l’évolution d’octobre 2020 à septembre 2021, les autorisations de locaux non résidentiels montent à 37,3 millions de m² (+4,8 %) par rapport aux douze mois précédents. Les mises en chantier, elles, représentent 25,2 millions de m², en légère augmentation (+2 %), mais en légère baisse (-0,5 %) sans la prise en compte des déclarations remontées tardivement.

Pour ce qui est de l’évolution trimestrielle par secteur d’activité des locaux, les permis de construire sont en forte croissante côté hébergement hôtelier (+36,9 %) et les entrepôts (+28,1 %). Progression importante également dans l’artisanat (+18,7 %,) et les bureaux (+15,7 %), mais plus modérée dans les services publics ou d’intérêt collectif (+5,8 %) et l’industrie (+4,3 %). Tout en bas, on retrouve les exploitations agricoles ou forestières (-4,9 %) et les locaux de commerce (-5,6 %).

Sur les douze derniers mois (octobre 2020 à septembre 2021), les autorisations enregistrent toujours les entrepôts dans les plus fortes progressions (+13,9 %), cette fois-ci après l’artisanat (+15,5 %). Viennent ensuite l’industrie (+6 %), l’hébergement hôtelier (+3,8 %), les exploitations agricoles ou forestières (+ 2,8 %), les bureaux (+1,8 %) et les services publics ou d’intérêt collectif (+0,2 %). Seul le secteur du commerce recule (-4,3 %).

A l’inverse, l’industrie et les services publics ou d’intérêt collectif dominent la progression des mises en chantier, augmentant respectivement de +42 % et de +26,4 % sur les trois derniers mois. L’entrepôt progresse également (+12,6 %), tandis que l’hôtelier (+5,3 %) se retrouve après les bureaux (+7,4 %) et l’artisanat (+5,8 %). Les exploitations agricoles ou forestières (-16 %) et les locaux de commerce (-6,6 %), eux, sont en bas du classement.

D’octobre 2020 à septembre 2021, les progressions des mises en chantiers sont plus portées par l’artisanat (+18,5 %) et les bureaux (+13,1 %). Les services publics ou d’intérêt collectif (+5 %), l’industrie (+ 3,6 %) et le commerce (+3,4 %), ainsi que l’hébergement hotelier (+3,3 %) gagnent doucement du terrain. Malheureusement, les entrepôts et les exploitations agricoles et forestières, chutent respectivement de -7,4 % et de -2,2 %.

En France, d’octobre 2020 à septembre 2021, le nombre de permis de construire est élevé dans le Grand Est (+29,2 %), les Hauts-de-France (+21,2 %) et en Provence-Alpes-Côte d’Azur (+17,6 %).

Pour ce qui est des mises en chantiers, ce sont les DROM (+42,9 %), le Grand Est (+39,7 %) et la Bourgogne-Franche-Comté (+20,9 %) qui connaissent la plus forte hausse.