Rénovations de votre habitat prix compétitif

Rénovation énergétique : vers un Éco-PTZ renforcé ?

À l’occasion de l’examen en première lecture du projet de loi de finances 2022, l’Assemblée nationale a voté pour un amendement prévoyant de prolonger et renforcer l’Éco-Prêt à Taux Zéro (Éco-PTZ). Ce dernier permet aux ménages de financer des travaux de rénovation énergétique dans leur logement. Avec cet amendement, le plafond pour un bouquet de travaux serait augmenté à 50 000 €, et la durée maximale de remboursement rallongée à 20 ans.

Rénovation énergétique : vers un Éco-PTZ renforcé ?

Ce vendredi 12 novembre, l’Assemblée nationale a voté en faveur d’un amendement présenté par le député LREM Anthony Cellier, proposant de prolonger et renforcer l’Éco-Prêt à Taux Zéro (Éco-PTZ). Ce pêt bancaire, dont les intérêts sont pris en charge par l’État, permet d’aider les ménages français à financer des travaux de rénovation énergétique pour leur logement.

L’amendement voté ce vendredi propose non seulement de prolonger l’Éco-PTZ jusqu’à fin 2023, mais aussi de le consolider pour le rendre plus attractif et efficace.

Un plafond réhaussé à 50 000 €

Alors que les rénovations globales sont de plus en plus plébiscitées, car seules efficaces pour isoler réellement les logements, l’amendement réhausse de 30 000 à 50 000 euros le plafond de ce prêt pour un bouquet de travaux, et rallonge églament la durée maximale de remboursement, de 15 à 20 ans.

L’amendement a été soutenu par des députés de tous bords politiques. Le député Les Républicains (LR) Thibaut Bazin a notamment estimé que cet outil avait fait ses preuves.

Anthony Cellier a précisé que le cumul des aides à la rénovation énergétique serait simplifié, notamment entre cet éco-prêt et le dispositif MaPrimeRénov’, à compter du 1er juillet 2022.

Cette proposition intervient dans un contexte où le gouvernement cherche à simplifier l’accès aux aides à la rénovation énergétique, comme en témoigne la récente annonce du lancement de la plateforme unique France Rénov’, qui, à compter du 1er janvier 2022, fusionnera l’expertise de l’Anah et du réseau FAIRE, pour plus de lisibilité pour les ménages.