Rénovations de votre habitat prix compétitif

Travaux de rénovation énergétique : le budget moyen en baisse en 2021

Le groupe Teksial présentait ce jeudi 21 octobre les résultats du dernier baromètre sur les Français et la rénovation énergétique réalisé par MonExpertRénovation et OpinionWay au mois de septembre. Les résultats révèlent notamment que le budget moyen prévu pour ces travaux est en baisse de 525 € comparé à l’année 2020, et que 66 % des Français ne savent toujours pas citer une seule aide à la rénovation (contre 71 % l’année passée).

Travaux de rénovation énergétique : le budget moyen en baisse en 2021

Ce jeudi 21 octobre, Teksial présentait les résultats de son 7ème baromètre sur les Français et la rénovation énergétique mené par MonExpertRénovation et OpinionWay, via un questionnaire auto-administré entre le 22 et 27 septembre 2021.

Pour cette nouvelle édition, un large panel de Français a été interrogé, à savoir 2 013 personnes, ce qui a permis de faire des « zooms », pour identifier des tendances régionales notamment.

Les Français cherchent à réduire leurs factures d’énergie

Présentant les résultats de l’étude, Jean-Baptiste Devalland, directeur général de Teksial, est dans un premier temps revenu sur l’intérêt croissant pour la rénovation énergétique, d’autant plus nécessaire dans un contexte d’augmentation du coût des énergies, ayant un impact sur le pouvoir d’achat des ménages.

Selon les résultats de l’étude, la facture moyenne d’énergie des Français s’éleverait désormais à 184 €. Cette moyenne variant sensiblement selon les régions. Ainsi, elle n’est que de 131 € en Bretagne et 168 € en Occitanie, contre 208 € en Bourgogne-Franche-Comté, et même 244 € dans la région Centre-Val de Loire !

À noter également que deux tiers des Français ressentent une sensation de froid chez eux en dépit du recours au chauffage, ce qui peut suggérer un problème d’isolation dans de nombreux logements français. De fait, certains Français adoptent des comportements de restriction pour faire baisser leur facture d’énergie. Deux Français sur trois se disent également prêts à réaliser des travaux de rénovation pour réduire leur facture.

Autre enseignement : plus de la moitié (52 %) des Français estiment que les travaux de rénovation énergétique devraient devenir obligatoires. Un pourcentage en baisse comparé à un an plus tôt puisqu’ils étaient alors 57 % à le penser (dont 54 % de propriétaires, contre 49 % aujourd’hui).

Le budget moyen prévu pour les travaux de rénovation en baisse

Pour les Français ayant réalisé des travaux dans les 2 ans passés, les actes qui ont été privilégiés sont le remplacement des fenêtres (17 %), l’isolation des combles (17 %), et le changement du système de chauffage (14 %). 44 % des Français envisagent également de faire des travaux dans les 2 ans à venir.

Le principal frein au passage à l’acte : le manque de budget (pour 49 % des Français). Le budget moyen prévu pour ces travaux est cette année de 2 546 €, contre 3 071 € l’année précédente, soit une baisse de 525 €. Teksial précise que l’année 2020 a été particulière, car les différents confinements ont eu pour effet d’augmenter l’épargne des ménages.

Le nombre de Français méconnaissant les aides diminue légèrement

Lors de la présentation, le directeur général de Teksial a noté un parodoxe entre l’intérêt des Français pour la rénovation énergétique, et leur méconnaisance des aides existantes. 66 % des Français sont en effet incapables de citer une seule aide à la rénovation énergétique. Un nombre cependant en légère baisse, avec 71 % un an plus tôt.

Dans le détail, parmi ceux qui connaissent au moins une aide, 11 % citent MaPrimeRénov’, 4 % les Certificats d’Économies d’Énergie (CEE), et 3 % l’isolation à 1 €.

Pour Teksial, il est donc nécessaire de faire plus de communication et de pédagogie sur les aides existantes, mais aussi de les revaloriser.

Alors que 71 % des Français jugent utile de faire un audit énergétique avant de se lancer dans des travaux, Jean-Baptiste Devalland suggère de rendre cet audit éligible aux CEE, et cumulable avec MaPrimeRénov’. Autre suggestion : généraliser l’usage du carnet de santé du logement pour suivre les travaux déjà effectués et ceux nécessaires. Enfin, du point de vue du financement, recourir davantage au prêt à taux zéro (PTZ) ou au Prêt Avance Mutation.